Cher Père Noël, aujourd’hui, j’ai décidé d’être généreuse et de te proposer un cadeau à offrir à tous! Oui, je suis comme ça moi, sympa…  Bon, pour être tout à fait honnête, ce cadeau, je pourrais aussi en profiter alors c’est un peu intéressé…

Voilà, aujourd’hui Père Noël, je te propose d’offrir aux gens un peu de courtoisie ! Et pour être plus précise, de la courtoisie quand ils sont en voiture ! Au volant de mon petit bolide, je suis du genre à faire des appels de phare pour laisser passer, à m’arranger pour que la voiture qui arrive en face puisse passer si on n’a pas la place de se croiser à 2 voitures, à m’arrêter quand quelqu’un veut sortir de sa place de parking… Je ne suis pas une sainte c’est sûr mais j’essaie d’être civilisée. En guise de réponse je suis souvent soufflée de n’avoir au mieux qu’un regard hautain, au pire pas de regard du tout, rarement (bien trop rarement) un petit signe de la main pour remercier… Un sourire ? Je crois bien que je peux les compter sur les doigts d’une seule main !

Alors voilà… En ville, cher Père Noël, ce n’est pas comme sur ton traineau. Nous on a des règles à respecter. On a même des limitations de vitesse à ne pas dépasser. Bref, tu vois y’a des priorités, des clignotants à mettre, tout ça quoi ! Ca s’appelle même le code de la route. Je suis la première à dire que si je devais le repasser aujourd’hui, je me planterais sûrement royalement, mais il est bien là et c’est pour fixer des limites. Alors si au moins les gens décident de ne pas le respecter à 100%, ils ont le droit mais pitié, qu’ils le fassent avec le sourire ! Et qu’ils remercient ceux qui essaient de faire de la route un espace civilisé… Alors oui, je crois de la courtoisie ça ne leur ferait pas de mal ! Merci Père Noël !

Voilà qui est dit. C’était un message de Mo en mode sécurité routière un peu et coup de gueule beaucoup !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.